14 novembre 2022

Communication interne et podcast : ou comment murmurer efficacement à l’oreille de ses collaborateurs.

Communication interne et podcast : ou comment murmurer efficacement à l’oreille de ses collaborateurs.

A l’occasion de la Vibration Week, l’enregistrement en live de 7 podcasts sur des thématiques de
communication interne aussi incontournables qu’inspirantes (dont vous pouvez retrouver les
replays ici: https://nouvellesvoix.com/vibration-week ), nous avons eu le plaisir d’accueillir
Mathilde Enixon, responsable éditoriale online du groupe SAFRAN, Delphine Genay, responsable
du département formation et développement chez Janssen et Jonathan Gual, Responsable de la
communication interne et externe chez Pierre & Vacances, pour dresser ensemble le bilan de nos
collaborations et partager nos expériences.

A l’heure du télé travail, de la flexibilité et de la grande mouvance en entreprise, comment le podcast peut-il s’imposer comme l’outil au service des collaborateurs ?
Est-il en passe de devenir un media incontournable pour communiquer en entreprise?
Et comment répond-il aux enjeux d’une communication moderne et authentique, voulant engager de façon pérenne ses collaborateurs ? Retour vers le passé. Un an après, trois clients de Nouvelles Voix, nous ont apporté leur retour d’expérience, enrichissant et prometteur !

Qu’on se le dise : le podcast est partout. Avec plus de 200 millions de podcasts écoutés chaque mois
en France, la création de contenu n’est plus seulement l’adage des influenceurs ou des marques,
mais devient un outil pertinent et durable pour les entreprises qui veulent renforcer un sentiment
d’appartenance ainsi qu’un lien fort avec leurs collaborateurs.

« Tout l’intérêt du podcast a été de rassembler les saisonniers et les salariés du siège, pour montrer qu’on travaillait tous dans le même objectif pour améliorer la satisfaction clients et développer des vacances de qualité. »

Jonathan Gual, Responsable de la communication interne et externe chez Pierre &
Vacances.

Chez Nouvelles Voix, nous avons donc imaginé ensemble le concept de « La Fabrique
des vacances locales »,
en menant des interviews croisées afin de créer une synergie entre le siège et
les sites et replacer l’humain au centre de cette communication à l’aide d’anecdotes, d’échanges et
de partage. Une communication peu invasive, menée sur une base de volontariat qui a su fédérer
les équipes, malgré la distance et la saisonnalité et qui porte ses fruits aujourd’hui. Résultat ? Nous sommes partis pour travailler sur de nombreux podcasts avec Pierre & Vacances!

Une communication fluide et engageante, voilà tout ce dont chaque responsable de communication
interne rêve pour ses collaborateurs aujourd’hui, malgré la distance, parfois, entre les salariés d’une
même entreprise. Cette problématique, c’est ce à quoi le groupe SAFRAN a dû faire face.

« Avec 80000 collaborateurs dispersés dans le monde entier, nous souhaitions produire un média accessible et multilingue, qui crée du liant pour parler à tous et permettre à tout le monde de mieux saisir les enjeux technologiques et sociétaux sur lesquels travaille le groupe tout en valorisant l’expertise de nos collaborateurs ».

Mathilde Enixon, responsable éditoriale online.

L’enjeu, et pas des moindres, a été un vrai challenge pour Nouvelle Voix en même temps qu’un formidable terrain de jeu, où créativité et engouement ont été les maîtres mots. Nous avons donc pensé le projet « Radar » en tant que podcast immersif dans les différentes activités du groupe en appuyant sur des discours très authentiques et une grande profondeur sur des sujets inédits, qui répondent aussi à des enjeux grand public. Et quelle ne fut pas notre surprise d’apprendre que « Radar », conçu initialement pour les collaborateurs s’est mué en un podcast externe dont le grand nombre d’écoutes ferait pâlir les meilleurs orateurs! Résultat des courses? « Radar » vient de remporter, en Octobre 2022, le premier prix au trophée CBNews x Paris Podcast Festival, dans la catégorie Communication Interne. Une grande fierté partagée par SAFRAN et Nouvelles Voix, dont la collaboration promet de très beaux
projets à venir.

Si de grandes structures font appel à nos services, nous sommes pour autant capables de penser un
projet de communication interne d’engagement pour un plus petit nombre, comme a été le souhait
de Delphine Genay, responsable du département formation et développement chez Janssen, dont la
volonté était de créer du lien social entre 120 collaborateurs qui ne se connaissaient pas ou peu.
« Nous voulions mettre en place des moments entre les épisodes du podcast pour inciter les
collaborateurs à se raconter réellement autour d’un café »
, explique Delphine Genay. Nous avons
donc imaginé le concept Maf Time en trois temps, autour d’un sujet libre évoqué par les
volontaires, puis d’une Maf news dans un second temps pensée comme un JT et avons enfin initié
un défi autour d’une roue qui invitait deux collaborateurs à se rencontrer « en vrai » autour d’un
café pour nous faire part ensuite de leur anecdote ou de leur histoire insolite. Et c’est avec une joie
immense que nous avons appris que notre concept avait remporté le troisième prix au trophée
CBNews x Paris Podcast Festival, dans la catégorie Communication Interne en Octobre 2022 !

Autour de ces trois expériences riches et fortes de sens, nous avons développé un véritable lien avec
nos clients et avons su s’enrichir de nos expériences mutuelles. Le podcast, comme outil
préférentiel de communication interne s’est avéré un formidable vecteur de sens, d’humanité et
d’engagement, des valeurs fondamentales pour Nouvelle Voix et vos futurs projets avec nous.

8 novembre 2022

Les grandes compétitions sportives : un excellent moyen de fédérer l’engagement de vos collaborateurs.

Les grandes compétitions sportives : un excellent moyen de fédérer l’engagement de vos collaborateurs.

A l’occasion de la Vibration Week, l’enregistrement en live de 7 podcasts sur des thématiques de
communication interne aussi incontournables qu’inspirantes (dont vous pouvez retrouver les
replays ici: https://nouvellesvoix.com/vibration-week ), nous avons eu le plaisir d’accueillir Makeba
Chamry, fondatrice du Bureau des rituels, Sophie Palès, déléguée générale de l’AFCI et Rony
Msika, cofondateur de Corporico, pour décrypter ensemble l’impact des grandes compétitions
sportives sur l’engagement de vos collaborateurs.

A l’approche de la prochaine Coupe du Monde de football, nous nous sommes intéressés à la portée du sport et des valeurs fédératrices qu’il véhicule au sein des entreprises. En quoi ce type d’événement est-il une occasion d’améliorer l’esprit d’équipe et de vivre un moment convivial au travail, loin des sentiers battus? De quelle façon les entreprises peuvent-elles en tirer profit tout en connectant ses collaborateurs ? Et sur quels rituels l’entreprise peut-elle s’appuyer pour faire de ce moment un formidable levier d’innovations managériales ?

Alors que la 22e Coupe du Monde de football au Qatar soulève, à juste titre, bons nombres de
polémique et d’appels au boycott, nous tenions à rappeler que nous ne cherchons pas à en faire la
promotion mais simplement comprendre ce qu’on peut faire d’un tel événement en interne et
apporter des clés aux entreprises qui souhaitent en faire un enjeu fédérateur.

Car qui ne se souvient pas où il était le 12 juillet 1998 ? Et qui n’a littéralement pas sauté de joie
vingt ans plus tard en voyant les Bleus gagner face à la Croatie ? Nul doute que le sport, dont les
Français raffolent, est un formidable accélérateur d’émotions, qui procure un sentiment inédit
d’appartenance à la Nation et un lien fraternel inégalable. En entreprise, aussi, l’enjeu est de taille
puisque 70% des Français déclarent vouloir regarder cette Coupe du Monde.

« Aujourd’hui, c’est toute l’entreprise qui prend la parole pour se retrouver, pour que les collaborateurs puissent échanger et lier du contact avec les salariés qui sont sur le terrain et qu’ils n’ont pas ou peu l’occasion de rencontrer »,

Rony Msika, cofondateur de Corporico.

Une opportunité pour faire de ce Mondial un grand moment de team building, en invitant ses
équipes à se rassembler autour d’une activité ludique, un concours de pronostics, un afterwork avec
retransmission des matchs ou pourquoi pas un tournoi de baby-foot !
L’enjeu est avant tout de créer un rite de cohésion, « si toutes les semaines, on organisait un rituel
pour commenter les faits sportifs et managériaux d’une équipe, je pense que ce serait un
apprentissage extraordinaire du terrain dont on tirerait beaucoup de bénéfices »,
explique Makeba
Chamry, fondatrice du Bureau des rituels. Et pour tous, ces événements sont l’occasion d’apprendre
à se connaître à travers les équipes supportées et les origines de chacun. On se taquine, on se
soutient, on vibre ensemble… et les barrières générationnelles, les différences hiérarchiques, la
scission entre hommes et femmes, tombent presque instantanément !

« La communication interne peut insuffler des rituels, développer des activités qui permettent aux gens de se regrouper à l’occasion de grands événements sportifs.»

Sophie Palès, déléguée générale de l’AFCI.

Avec l’émergence du bien-être au travail, les entreprises misent désormais aussi sur les activités et
les événements festifs et ne se cantonnent plus seulement au travail et aux tâches quotidiennes. En
insufflant cette énergie positive et en s’appuyant sur des rituels planétaires qui vont engager, chacun
se sentira davantage relié aux autres et la magie du sport opérera !

8 novembre 2022

Inclusion de tous les collaborateurs : le grand défi des entreprises !

Inclusion de tous les collaborateurs : le grand défi des entreprises !

A l’occasion de la Vibration Week, l’enregistrement en live de 7 podcasts sur des thématiques de
communication interne aussi incontournables qu’inspirantes (dont vous pouvez retrouver les
replays ici: https://nouvellesvoix.com/vibration-week ), nous avons eu le plaisir d’accueillir Maya
Hagège, déléguée générale de AFMD et Adrien Figula Letor, fondateur de AFL Diversity et Grand
Prix Diversité & Inclusion, afin de comprendre les enjeux d’une politique inclusive en entreprise.

A l’ère de la mondialisation et d’un engouement pour une justice sociale forte, la société civile semble de plus en plus sensible aux questions d’égalité, de non discrimination et de diversité. Si les entreprises s’engagent dans cette voie depuis quelques années déjà, les mouvements Me Too ou encore Black Lives Matter semblent avoir joué un rôle dans ces processus d’inclusion. Mais qu’entend-on réellement par ce terme d'inclusion ? Comment les entreprises peuvent-elles s’engager dans l’intégration de tous leurs collaborateurs sans franchir la limite, parfois très nébuleuse, de la vie privée de ses salariés ? Et quel rôle essentiel la communication interne peut-elle jouer dans ce défi ?

Si le terme d’inclusion est aujourd’hui très en vogue dans les entreprises, il n’est pourtant pas
assimilé par tous et reste souvent utilisé pour qualifier les travailleurs en situation de handicap
physique visible. Or, l’inclusion se veut beaucoup plus globale et permet de mener une politique de
diversité profonde et engagée.

« En entreprise, vous croisez tous les jours des personnes en
situation de handicap qui ne le disent pas. C’est à l’entreprise inclusive de mettre en place un
environnement, un éco-système dans lequel chaque collaborateur va se sentir en sécurité et pouvoir
être lui-même avec ses différences »

Adrien Figula Letor, fondateur de AFL Diversity Grand Prix Diversité & Inclusion.

Et pour faire face à cet enjeu, nul doute que chacun des
collaborateurs doit prendre place dans cette démarche, qui ne peut se mener à bien que
collectivement.
« Le grand pilier de l’inclusion, consiste, tout d’abord, à être acteur d’un collectif de travail et que l’entreprise fasse participer ces personnes. Car si l’on veut insuffler un fort sentiment d’appartenance envers son organisation, cela ne peut se faire que si l’on se sent soi-même. »

Maya Hagège, déléguée générale de AFMD,

Mais comment une entreprise peut-elle mener à bien une politique inclusive sans risquer de franchir
la limite du respect de la vie privée de ses collaborateurs? Chaque organisation doit faire preuve de
tact et de bon sens pour ne pas tomber dans l’effet inverse, au risque de dégrader son image. « Une
entreprise qui n’a jamais parlé de sujet LGBT par exemple, ne va pas se mettre sur un char à la
Gay Pride, ce serait une grave erreur et personne ne comprendrait le message en interne. »,
souligne Adrien Figula Letor.
Pour s’engager durablement et créer un cadre inclusif dans lequel chaque salarié peut se sentir libre
d’être celui qu’il est, il faut mettre en œuvre une communication inclusive, adaptée à l’ADN de
chaque entreprise. Et s’il n’existe pas de recette magique, on peut imaginer des stratégies narratives
originales, telles que la BD ou le théâtre. Ou encore, penser une communication alternative comme
l’a fait le groupe Thales, en installant dans les miroirs de ses toilettes, des formes de visage
d’hommes et de femmes avec l’intitulé de leur métier suivit d’un point d’interrogation. Le groupe a
ainsi invité ses collaborateurs à se photographier en cherchant à déconstruire les stéréotypes selon
lesquelles une femme serait davantage destinée à être secrétaire et un homme, manageur. Pour
réussir sa communication inclusive, l'entreprise peut également faire appel à de nouveaux outils,
comme le podcast, qui permet de créer une intimité entre ses collaborateurs et de capter leur
attention par son format original et ludique.

Quelque soit la forme de communication choisie, l’inclusion est bel et bien l’enjeu majeur des
entreprises, qui commencent timidement à se représenter la diversité comme une source de force et
de richesse incomparable. Et si les organisations françaises ont encore beaucoup de chemin à
parcourir dans ce domaine, nul doute que chaque petit pas déjà franchi amènera à un changement
durable des mentalités.

8 novembre 2022

Web 3.0 et Métavers: que se cachent-t-ils derrière ce nouveau monde des possibles ?

Web 3.0 et Métavers: que se cachent-t-ils derrière ce nouveau monde des possibles ?

A l’occasion de la Vibration Week, l’enregistrement en live de 7 podcasts sur des thématiques de
communication interne aussi incontournables qu’inspirantes (dont vous pouvez retrouver les
replays ici: https://nouvellesvoix.com/vibration-week ), nous avons eu le plaisir d’accueillir Jérémy
Lamri, CEO de Tomorrow Theory et Sébastien Meunier, consultant nouveaux médias & storytelling
chez Medialab Factory, afin de comprendre ce qu’est réellement le Métavers et de mieux
appréhender les enjeux du Web 3.0.

Pour certains, le Métavers n’est qu’un terme confus employé par des geeks avertis ; pour d’autres, c’est bien la prochaine grande révolution technologique qui nous fera rentrer dans le web de demain. Ce qui est certain, c’est que tout le monde a entendu parler du Métavers et qu’il ne laisse personne indifférent. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Que se cache-t-il derrière ce terme sur-employé, qui reste flou pour la plupart d’entre nous ? Et quel est l’enjeu de cette innovation technologique dans notre communication de demain ?

Essayons d’abord de vulgariser l’idée pour mieux en comprendre le sens, car ce qui se dit Métavers
aujourd’hui ne l’est pas encore tout à fait. Le Métavers peut donc se définir comme un espace
entièrement virtuel dans lequel des personnes interagissent à travers des avatars ou des
hologrammes à l’aide d’un équipement relativement basique mais pensé comme un vêtement
intelligent (lunettes en réalité augmentée, casque de réalité virtuelle, gants méta-haptiques) qui
permet de vivre des expériences concrètes.

A l’heure actuelle, ces expériences s’apparentent davantage à de la réalité virtuelle et/ou augmentée,
qui offrent une immersion en 3D dans des univers distincts les uns des autres, mais ce n’est plus
qu’une question d’années avant que le Métavers ne vienne bouleverser nos habitudes.

Le Web 3.0, dont le Métavers fait partie intégrante, a pour volonté principale de décentraliser les
usages et les technologies.

« Imaginons demain un Youtube qui appartiendrait à ses utilisateurs,
explique Jérémy Lamri, CEO de Tomorrow Theory, une agence d’innovation RH, et qui serait géré,
administré, développé par ses utilisateurs. 
» Si l’idée est séduisante et permet de prendre part à
cette révolution technologique plus seulement en tant que spectateur mais de s’y investir en tant
qu’acteur, le Métavers confère également beaucoup d’avantages aux entreprises qui s’y engagent
massivement.

En terme de communication d’abord, chaque entreprise pourra être libre d’avoir son propre espace
de réalité virtuelle en ligne, connectée avec ses clients et ne se limitera donc plus à communiquer
uniquement grâce à un réseau social. Imaginons également qu’en offrant des salles de réunion
connectées et immersives pour leurs salariés, les entreprises changeront radicalement leur façon de
penser le travail. Dans le secteur du e-commerce, par ailleurs, où les marques de prêt-à-porter
s’engagent de plus en plus, on peut envisager l’essayage d’un vêtement directement depuis le
Métavers d’une enseigne.

« Ce que vous faites en communication interne, vous pourrez le faire
mieux et différemment dans ces mondes virtuels. Tout cela va être un outil à votre service et à votre
envie de raconter des choses. Ce que vous ne pouviez pas faire dans la vraie vie, vous allez pouvoir
le proposer en expériences à vos collaborateurs en interne en l’adaptant. 
»

Sébastien
Meunier, consultant nouveaux médias & storytelling chez Medialab Factory.

Un monde des possibles extraordinaire et sans limites, certes, mais qui soulève des questions
éthiques face aux problématiques majeures auxquelles nous devons faire face.

« Si on cherche juste à créer un monde virtuel où l’on se sent mieux que dans le monde réel, c’est une fuite en avant. Et si ce monde virtuel ne cherche pas à résoudre les problèmes du monde réel, on ne fait que disperser
nos ressources alors que l’on a de sérieux problèmes dans le monde réel. »

explique Jérémy Lamri.

Le propos, aussi épineux qu’il n’est passionnant, suppose une réflexion commune et profonde sur
ce que nous voulons faire du Métavers et la façon dont nous souhaitons le voir évoluer. Un vaste
sujet donc, entre opportunités colossales, innovations spectaculaires mais aussi risques avérés de
troubles identitaires et de santé mentale. Sur cette problématique, de nombreux experts et
entreprises proposent déjà de mettre en place des lois et de nouvelles réglementations pour régir ce
monde virtuel partagé. Et si la question primordiale était en fait : dans quel monde intelligent souhaitons-nous vivre ?

3 novembre 2022

Démarche RSE: où comment la communication interne fait bouger les entreprises !

Démarche RSE: où comment la communication interne fait bouger les entreprises !

A l’occasion de la Vibration Week, l’enregistrement en live de 7 podcasts sur des thématiques de
communication interne aussi incontournables qu’inspirantes (dont vous pouvez retrouver les
replays ici: https://nouvellesvoix.com/vibration-week ), nous avons eu le plaisir d’accueillir Laetitia
Sartoris, directrice générale associée chez Linkup Factory, Hélène Pivert, CSR manager MAPA
Spontex et Marion Phillips, Head of sustainable partner development & B corp chez Evaneos afin
de comprendre le rôle que la communication interne peut jouer dans la démarche RSE des
entreprises.

A l’heure où la préservation de notre planète n’est plus un fait discutable mais devient une urgence absolue et où la dégradation du contexte économique s’enlise, la prise de conscience des entreprises quant à leur responsabilité en tant qu’acteurs du changement les ont conduites à s’engager durablement dans une démarche RSE. Mais comment mettre en place une stratégie de communication efficace et engageante, qui implique et mobilise réellement ses collaborateurs ? Et quel rôle la communication interne peut-elle avoir dans cette prise de conscience globale ?

La protection de l’environnement est désormais au cœur de nos préoccupations tant dans notre vie
quotidienne que dans le cadre professionnel. En quelques années, la RSE est devenue un sujet
majeur pour les entreprises qui ont bien compris l’enjeu essentiel de s’engager dans une voie plus
responsable afin de se différencier et d’accentuer la fidélisation de ses salariés comme des clients,
tout en prenant en compte les défis du développement durable. Et c’est bien là que le rôle de la
communication interne prend tout son sens afin d’impliquer chacun dans les initiatives prises par
l’entreprise. 

« Pour que la transformation soit durable et la plus pérenne possible, l’enjeu est
d’engager tous les collaborateurs, car chacun a un rôle à jouer, s’engager est aussi un moyen pour les entreprises de redonner de la fierté à ses salariés autour d’un projet commun et de regagner, parfois, la confiance perdue auprès de ses consommateurs. »

Laetitia Sartoris, directrice générale associée chez Linkup Factory


Mais plus qu’une énième certification assurée sur un bout de papier, la RSE suppose une
implication parfois très ambitieuse, complexe, et qui suppose de s’engager profondément.

« Nous devons regarder toutes nos chaînes de valeur, on travaille avec nos acheteurs sur les matières premières qu’on utilise pour nos produits issues d’origine forestière, pour vérifier qu’elles soient gérées durablement. Pour des matières synthétiques, on se pose la question pour y intégrer du recyclé. En production dans nos usines, nous cherchons à réduire nos impacts: gaz à effet de serre, notre consommation d’énergie et d’eau. On travaille aussi sur nos packagings avec la réduction du plastique au maximum. »

Hélène Pivert, CSR manager MAPA Spontex


Si l’engagement en faveur de la planète est un volet primordial de la RSE des entreprises, le volet
social est également un axe majeur en matière de conditions de travail, de bien-être, d’égalité et de
non-discrimination, qui apportent une valeur ajoutée essentielle et inestimable à l’entreprise. Car
quel communicant ignore qu’un collaborateur heureux est un salarié performant qui valorise et
s’implique dans la vie de l’entreprise? C’est dans cette démarche que Marion Phillips, Head of
sustainable partner development & B corp chez Evaneos, qui propose des voyages sur-mesure en
direct avec des agences locales, s’est engagée. « Nous donnons de la force aux agences locales en
les sensibilisant, en les informant et en leur donnant des outils pour mesurer leurs impacts. »
Triés
sur le volet, ces partenaires sont attentivement sélectionnés pour l’attention qu’ils portent à la
préservation des éco-systèmes locaux et les voyageurs sont invités à une aventure « better trip », où
comment voyager mieux, de façon plus responsable pour limiter au maximum les impacts négatifs
lié au tourisme.

Une chose est sûre, la RSE des entreprises n’en est qu’à ses balbutiements et la communication
interne devra déployer encore beaucoup d’énergie et d’engouement autour de ces enjeux
économiques, sociaux et environnementaux. Mais le pari en vaut la peine car il s'agit de fédérer
toute l’entreprise et de créer une prise de conscience collective, autant d'atouts pour parvenir à un
véritable changement des mentalités et assurer un avenir durable.

Contact

Nouvelles Voix
89 Rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011 Paris
contact@nouvellesvoix.com

Linkedin: @nouvellesvoix

Espace