Et si le secret d’une bonne communication interne était de jouer à fond la carte de l’innovation ? C’est ce qu’a décidé de faire Christophe Ndi, créateur et content manager de la première communauté privée des salariés d’Orange et des filiales. Sans passer par la direction de la communication d’Orange, il a décidé de créer sa communauté de salariés et de les informer en live. Une sacrée aventure sur laquelle il revient au micro de David Gordon dans ce nouvel épisode de Vibration. 

Rien ne prédestinait Christophe Ndi à animer une communauté de salariés. Et pourtant ! Il est aujourd’hui à la tête de la Communauté des Zagrumes, la CDZ, qui regroupe plus de 15.000 salariés d’Orange. « J’ai d’abord créé un groupe Facebook privé. C’était une communauté qui devait me permettre de retrouver des salariés que j’avais perdu de vue », raconte Christophe Ndi, aujourd’hui content manager de la première communauté privée des salariés d’Orange.

Un réseau détaché de la com’ interne du Groupe

« L’idée était simplement de se revoir et de prendre des nouvelles. Puis le groupe a grossi petit à petit et aujourd’hui nous sommes plus de 15.000. Mais la marge de progression est encore bonne puisqu’Orange compte 90.000 salariés en France et plus de 140.000 dans le groupe. Il y a encore de quoi faire ! »

Un réseau qui sert la com’ interne du Groupe, mais pas officiellement puisqu’il reste privé et détaché de la direction de la communication. « C’est devenu un outils de com’ interne mais qui reste privé car je suis toujours propriétaire de cette communauté. Nous y parlons de travail, mais pas seulement : nous aimons aussi apprendre que le RH fait du cheval, par exemple ! Que l’on travaille en boutique ou en bureaux, nous sommes tous des êtres humains et c’est ça le point important : connaître les gens à la fois sur l’aspect professionnel mais aussi personnel permet de créer du lien. C’est cela qui m’anime. »

Objectif : créer du lien entre les salariés

Un projet né justement de la passion de Christophe qui lui a également permis d’en arriver là. « À la base, je ne suis pas un professionnel de la communication. Au début, c’était juste une bouteille a la mère lancée à la direction de la communication, qui a refusé le projet : nous sommes en 2014 et les réseaux sociaux font encore peur. Je l’ai fait car je savais que les salariés avaient besoin de communiquer et d’échanger et je crois dur comme fer à cette nécessité. Au final, ça a été un mal pour un bien car j’ai pu faire les choses comme je voulais. »

Et parmi ce qu’il voulait, il y a des vidéos postées sur Facebook pour traiter de sujets qui lui plaisent mais aussi un live chaque matin, week-end compris.

Pour connaître la suite et en savoir plus, l’épisode 9 de Vibration est disponible ci-dessous.

Lien vers l'émission version longue filmée : https://www.linkedin.com/video/event/urn:li:ugcPost:6870065373308420096/ 

/