Ce podcast est inspiré d’une histoire vécue. David Gordon a organisé il y a quelques mois un événement sur l’égalité hommes-femmes et le jour de l’événement, seuls des hommes étaient présents.

Ce fut l’élément déclencheur dans la réalisation du podcast de cette semaine. David reçoit en effet Livia Vilaplana, coach professionnelle, co-fondatrice de Happyskills et Coachello, formatrice sur les sujets d'égalité hommes-femmes.

Ancienne avocate, Livia Vilaplana a expérimenté le sexisme au quotidien en tant que collaboratrice et salariée. Elle a aussi recueilli de nombreux témoignages de collègues et amies qui en ont fait l’expérience. Livia s’est rendu compte que de nombreuses femmes n’ont même pas conscience des comportements sexistes qui l’entourent ou le reproduisent, tellement ce sexisme est ancré dans la société et dans les inconscients collectifs. Souvent, les femmes ont un sentiment de mal être au travail mais ont du mal à en identifier l’origine.

Alors, comment la communication interne peut-elle aider à lutter contre les inégalités hommes-femmes ?

Pour Livia, la première chose à faire est de ne pas faire culpabiliser les hommes. Nous sommes  tous soumis à un système patriarcal et les hommes n’en ont pas forcément conscience, tout comme les femmes.

La communication interne est une des solutions pour faire avancer l’égalité hommes-femmes en entreprise. Sa société Happyskills, créée avec deux associés (des hommes 😉 ) forme les salariés aux soft skills en entreprise. Les soft skills, rappelons-le, sont ces compétences comportementales liées aux émotions et aux croyances limitantes. La seconde, Coachello fait du coaching en entreprise, via Slack. Elle intervient par exemple sur les retours de congés maternité et les difficultés de concilier vie privé - vie professionnelle.

Comment les communications orales et écrites jouent-elles un rôle dans l’égalité hommes-femmes ?

Pas besoin de marcher sur des oeufs avant de parler ! Et oui, l’important, conseille Livia, est de mettre en valeur les femmes en entreprise, et qu’elles sentent que c’est un safe space pour faire carrière.

Le langage n’est pas la seule clé.  Ainsi l’anglais où les différences de genre existent peu,  mais où le sexisme existe aussi. Par contre, certaines expressions, dites de conquête ou de codes « virils » comme « on va se relever les manches » doivent être évitées. En effet, elles sont souvent liées à la performance en entreprise alors que les émotions sont plutôt, à tort, attribuées aux femmes. Heureusement aujourd’hui, ces codes évoluent. La tendance est à l’empathie et aux valeurs inclusives.

Faut-il alors employer l’écriture inclusive ?

Pas forcément. Le sujet de l’écriture inclusive est politique et chaque entreprise a le choix de l’utiliser en fonction de ses propres règles. Le langage est avant tout symbolique et ce qui compte c’est le fond. Parfois l’écriture inclusive n’est que du féminisme washing, pour masquer l’absence d’action.

Comment organiser des événements où l’égalité hommes-femmes est respectée ?

David se souvient avoir organisé un tournoi de foot en pensant que cela pourrait plaire aux femmes, mais hélas, ce fut un événement excluant ! En effet, le football fait encore partie de ces activités genrées et on ne peut effacer en un seul séminaire des siècles d’éducation sexuée. Alors que le retour aux séminaires est enfin possible, Livia conseille de mettre en place des activités non sexuées comme des courses au sac, des karaokés…

Quelles actions mener lors de La Journée de la femme ?

Pas facile de communiquer en interne ce jour-là. Plutôt que d’offrir un soin dans un spa, Livia conseillerait plutôt de faire un bilan de toutes les initiatives mises en oeuvre tout le long de l’année pour valoriser les femmes, ou faire des portraits de femmes inspirantes. Ce sont des idées pertinentes dont peuvent se servir les services de communication interne avec l’aide des RH.

Quels contenus sur l’égalité hommes-femmes en communication interne ?

Quelques idées conseillées par Livia pour parler d’égalité hommes-femmes:

- Montrer que l’entreprise est un safe space, qu’elle accompagne les femmes à leur retour de congés maternité, réaliser des portraits de femmes,
- Communiquer sur le harcèlement sexuel, les blagues sexistes, et les traiter, pourquoi pas, sur le ton de l’humour,

- Mettre en place des actions de formations, des ateliers, sur l‘égalité hommes-femmes.

Y a-t-il des phrases à éviter ?

La frontière est très ténue entre une remarque sur une jolie robe et le harcèlement sexuel.  Tout est une question de la relation avec la personne concernée, d’empathie et de sensibilité.

Alors, une bonne com interne, c’est quoi ?

L’idée dans la formation à l’égalité hommes-femmes n’est pas de juger mais de prendre conscience de ses erreurs, de changer, afin de faire vibrer une bonne communication interne.  Aborder la question de l’égalité hommes-femmes non en terme de culpabilité mais en terme de responsabilité.

Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous pour ou contre l’écriture inclusive ? Écrivez-nous pour nous donner votre point de vue !

Pour en savoir plus :