Inclusion de tous les collaborateurs : le grand défi des entreprises !

A l’occasion de la Vibration Week, l’enregistrement en live de 7 podcasts sur des thématiques de
communication interne aussi incontournables qu’inspirantes (dont vous pouvez retrouver les
replays ici: https://nouvellesvoix.com/vibration-week ), nous avons eu le plaisir d’accueillir Maya
Hagège, déléguée générale de AFMD et Adrien Figula Letor, fondateur de AFL Diversity et Grand
Prix Diversité & Inclusion, afin de comprendre les enjeux d’une politique inclusive en entreprise.

A l’ère de la mondialisation et d’un engouement pour une justice sociale forte, la société civile semble de plus en plus sensible aux questions d’égalité, de non discrimination et de diversité. Si les entreprises s’engagent dans cette voie depuis quelques années déjà, les mouvements Me Too ou encore Black Lives Matter semblent avoir joué un rôle dans ces processus d’inclusion. Mais qu’entend-on réellement par ce terme d'inclusion ? Comment les entreprises peuvent-elles s’engager dans l’intégration de tous leurs collaborateurs sans franchir la limite, parfois très nébuleuse, de la vie privée de ses salariés ? Et quel rôle essentiel la communication interne peut-elle jouer dans ce défi ?

Si le terme d’inclusion est aujourd’hui très en vogue dans les entreprises, il n’est pourtant pas
assimilé par tous et reste souvent utilisé pour qualifier les travailleurs en situation de handicap
physique visible. Or, l’inclusion se veut beaucoup plus globale et permet de mener une politique de
diversité profonde et engagée.

« En entreprise, vous croisez tous les jours des personnes en
situation de handicap qui ne le disent pas. C’est à l’entreprise inclusive de mettre en place un
environnement, un éco-système dans lequel chaque collaborateur va se sentir en sécurité et pouvoir
être lui-même avec ses différences »

Adrien Figula Letor, fondateur de AFL Diversity Grand Prix Diversité & Inclusion.

Et pour faire face à cet enjeu, nul doute que chacun des
collaborateurs doit prendre place dans cette démarche, qui ne peut se mener à bien que
collectivement.
« Le grand pilier de l’inclusion, consiste, tout d’abord, à être acteur d’un collectif de travail et que l’entreprise fasse participer ces personnes. Car si l’on veut insuffler un fort sentiment d’appartenance envers son organisation, cela ne peut se faire que si l’on se sent soi-même. »

Maya Hagège, déléguée générale de AFMD,

Mais comment une entreprise peut-elle mener à bien une politique inclusive sans risquer de franchir
la limite du respect de la vie privée de ses collaborateurs? Chaque organisation doit faire preuve de
tact et de bon sens pour ne pas tomber dans l’effet inverse, au risque de dégrader son image. « Une
entreprise qui n’a jamais parlé de sujet LGBT par exemple, ne va pas se mettre sur un char à la
Gay Pride, ce serait une grave erreur et personne ne comprendrait le message en interne. »,
souligne Adrien Figula Letor.
Pour s’engager durablement et créer un cadre inclusif dans lequel chaque salarié peut se sentir libre
d’être celui qu’il est, il faut mettre en œuvre une communication inclusive, adaptée à l’ADN de
chaque entreprise. Et s’il n’existe pas de recette magique, on peut imaginer des stratégies narratives
originales, telles que la BD ou le théâtre. Ou encore, penser une communication alternative comme
l’a fait le groupe Thales, en installant dans les miroirs de ses toilettes, des formes de visage
d’hommes et de femmes avec l’intitulé de leur métier suivit d’un point d’interrogation. Le groupe a
ainsi invité ses collaborateurs à se photographier en cherchant à déconstruire les stéréotypes selon
lesquelles une femme serait davantage destinée à être secrétaire et un homme, manageur. Pour
réussir sa communication inclusive, l'entreprise peut également faire appel à de nouveaux outils,
comme le podcast, qui permet de créer une intimité entre ses collaborateurs et de capter leur
attention par son format original et ludique.

Quelque soit la forme de communication choisie, l’inclusion est bel et bien l’enjeu majeur des
entreprises, qui commencent timidement à se représenter la diversité comme une source de force et
de richesse incomparable. Et si les organisations françaises ont encore beaucoup de chemin à
parcourir dans ce domaine, nul doute que chaque petit pas déjà franchi amènera à un changement
durable des mentalités.